Le nouveau visage de la CTS

Le nouveau visage de la CTS

Fini le gris,blanc,vert. La CTS a dévoilé début octobre sa nouvelle identité. Présenté sur un des 29 nouveaux bus réceptionnés en cette fin d’année, la nouvelle livrée est loin de faire l’unanimité, de par sa… Simplicité !

Vue arrière du véhicule articulé présenté

Vue arrière du véhicule articulé présenté

En ces temps de crises, la CTS assume parfaitement son choix. Une livrée entièrement blanche, parsemée de dessins d’un artiste alsacien (cette année, il s’agit de Tomi Ungerer), qui lui fait économiser près de 110 000 € sur sa livraison de bus de 2011.

Les œuvres des artistes seront fixés sur le bus par le biais d’adhésifs (prévus pour durer toute la vie du bus, à savoir entre 12 et 15 ans), la couleur blanche est la moins chère du marché. Bref, tout pour économiser. On ne pourra pas le reprocher à l’entreprise, vu le climat économique actuelle.

Tous les nouveaux bus commandés seront donc blancs, et décorés par des artistes locaux (chaque livraison portera les couleurs d’un artiste différent). Il est vrai que l’ancienne livrée ne faisait pas l’unanimité, jugée trop triste par certains. Mais le changement est ici radical et ne fait pas non plus l’unanimité.  La CTS vante cela comme étant sa nouvelle identité visuelle, certes. Mais en quoi une livrée à 95% blanche et décorée systématiquement par un artiste différent permet-elle de créer une réelle identité ?

Des dessins coupés

Des dessins s'arrêtant aux vitres

En parallèle, certains s’inquiètent au sujet des œuvres représentées. Tomi Ungerer est indéniablement une figure artistique alsacienne, mais tout le monde n’est pas forcément fan de son travail. De plus, son travail s’arrête au niveau des vitres du bus et est donc coupé net. Volontaire ou  non ?

On peut aussi s’interroger sur la bande de peinture grise présente sur le haut du véhicule. Au début, on a pensé à une erreur de peinture, liée à l’ancienne livrée CTS. Mais la CTS affirme que cela fait partie de la nouvelle livrée. Curieux… En effet, sur le toit gris, les bonbonnes de gaz naturel et la climatisation restent pourtant bien en blanc…

Enfin, le blanc vif est certes voyant, mais il est aussi extrêmement salissant. Quand on regarde certains réseaux faisant circuler des bus entièrement blancs, on constate qu’au fil du temps, le blanc perd tout sa vigueur. Rendez-vous dans quelques années pour voir ce qu’il en est.

Nouvel intérieur CTS

Les nouvelles couleurs intérieures

Concernant l’aménagement et les couleurs intérieures, le bilan est bien moins mitigé. La présence de sièges de couleurs vifs et variées tranche avec les anciennes couleurs sombres présentes jusqu’à présent dans les véhicules CTS. Le plafond est blanc et permet de rendre le bus plus lumineux. Cette nouvelle série de bus laisse la place à deux emplacements PMR (Personnes à Mobilité Réduite), entrainant la suppression de quelques places assises.

Un petit point concernant les nouveaux véhicules qui arboreront les premiers cette livrée. Le modèle est le Citelis du constructeur Irisbus dont 15 en version standard et 14 en articulé, tous propulsés au Gaz Naturel. Ce modèle circule d’ores et déjà à Strasbourg entre autres sur la ligne 6 (en version diesel) ou 14/24 (Gaz Naturel).  Vous les verrez prochainement dans les rues de la communauté urbaine de Strasbourg.

 

Il n’est pas question de repeindre le parc actuel de bus et tram, vous aurez donc l’occasion de voir les deux livrées cohabiter pendant encore une bonne dizaine d’années. Une photo d’un des derniers bus reçus avant la présentation de la nouvelle livrée…

Solaris Urbino 12

Un Solaris Urbino aux anciennes couleurs

Un commentaire

  1. Tristounette la nouvelle livrée. Quand aux dessins, c’est une question de gout.
    Par contre des bus blanc ne représentent pas une ville particulière, en fait ils ne représentent rien.
    On dirait que Strasbourg fait un déni d’existence de ses bus: livrée inexistante, modèles uniformes de constructeurs sans envergure.
    Vous allez penser que je suis très dur mais il suffit de faire un tour de l’autre coté du rhin pour voir des livrées très atrayantes et des bus très modernes et beaucoup plus confortables. Idem pour des villes en France de la taille de Strasbourg.